Les bienfaits de la médiation animale


POURQUOI INCLURE DES ANIMAUX EN THERAPIE ?

L’inclusion d’animaux à l’intérieur des processus thérapeutiques apporte une véritable motivation. Les séances sont perçues comme du jeu et non pas comme une intervention thérapeutique. La rencontre avec l'animal et la nature est souvent synonyme d’épanouissement et d’acquisition de l’autonomie et induit une prise d’initiative, une confiance en soi et une valorisation de l’individu. Les animaux ont gardé leur instinct primaire contrairement à l'homme qui s'en est éloigné au fil de l'évolution. Les côtoyer nous permet de nous reconnecter avec notre instinct et nos besoins primaires et de nous relier à la nature. Comme les jeunes enfants et un certains nombres de personnes en situation de handicap, les animaux vivent dans l'ici et maintenant, ils ont une vision du temps totalement différente de la notre, les côtoyer nous oblige à ralentir, à faire une pause ressourçante. Les animaux apportent apaisement et détente. Ils favorisent un climat propice au langage et à l’apprentissage car ils permettent d’améliorer l’attention, de se relaxer, d’augmenter l’initiative et la participation, d’apporter de la confiance en ne jugeant pas et en facilitant la communication. Très forts en communication non-verbale, ils nous invitent à communiquer autrement ce qui peut-être très riche aussi bien pour les personnes non-verbales que pour celles qui ont accès au langage. Même si la personne ne le verbalise pas forcément, elle fait une multitude d’expériences au niveau multi-sensoriel, physique, émotionnel. Les animaux permettent à la personne de se recentrer, lui apporte une forme de contenance qui favorise la gestion des émotions et diminue les troubles du comportement. Ils l'amène à améliorer de multiples capacités comme l’empathie, le respect, la coopération et le travail d’équipe. Même le pansage, le soin apporté à l'animal fait référence au soin de soi. L'animal offre une caractéristique essentielle dans le travail avec la personne handicapée : il est non jugeant. Rien dans son regard ou dans son attitude ne laisse entendre le rejet, l’incompréhension. Il accepte globalement la personne handicapée pour autant que celle-ci le respecte dans sa réalité d'animal. Il ne fait strictement aucune différence entre une personne handicapée ou « valide ».

QUEL EST L'APPORT DES CHIENS DANS LE SOIN ?

Les chiens sont les animaux les plus utilisés dans les thérapies assistées avec les animaux. Il a été prouvé qu’ils aident à améliorer la santé et le bien-être des patients. Les études comme celle de Esteves et Stokes (2008) concluent que la présence d’un chien se traduit par une augmentation des comportements sociaux et font aussi référence à l’effet calmant des chiens (Katcher et al (1983) entre autres).Ce type de thérapie se base sur l’assistance et la réalisation d’interventions où l’on introduit comme point clé l’interaction entre l’animal et la personne. Pour des personnes qui souffrent de dommages cérébraux, il est très utile de suivre une thérapie avec des chiens car ils augmentent leur motivation. En tant que méthode pour faciliter leur réhabilitation, interagir avec ces animaux leur sert d’encouragement et de manière de rester actifs. Leur donner à manger ou réaliser des activités avec eux les stimule sur le plan mental. Cela leur permet d’accroître leur attention et de faire des efforts pour suivre le rythme mis en place. Par ailleurs, cela leur évite aussi de se sentir seuls. Les chiens sont considérés comme les meilleurs amis de l’homme parce qu’ils nous acceptent sans conditions, tels que nous sommes. C’est pour cela qu’ils représentent des sortes de thérapeutes naturels, qui nous servent d’antidote pour lutter contre l’anxiété, la dépression, le stress ou la monotonie. Leur compagnie est très agréable pour les patients, surtout s’ils aiment beaucoup les animaux. Normalement, ils préfèrent récupérer aux côtés d’un autre être vivant et pas à travers une série d’exercices totalement mécaniques. En outre, le lien qui se crée entre le chien et la personne va au-delà d’une affection mutuelle. Beaucoup considèrent que ce dernier est similaire au lien qui existe entre une mère et son bébé. En conséquence de tous ces bénéfices, la thérapie avec les chiens améliore l’humeur des patients. La thérapie avec les chiens augmente l’activité physique des patients. Jouer avec eux, réaliser des activités de flexions, de torsions ou marcher permet de renforcer les muscles, les os et les articulations. Par ailleurs, cela facilite un meilleur développement du système vestibulaire et augmente la proprioception et la force musculaire. Cela améliore aussi la motricité et la coordination parce que tous les sens du patient sont convoqués, aussi bien la vue que l’ouïe ou le toucher. Grâce à des actions simples comme caresser l’animal, lui donner à manger, prendre soin de lui ou lui brosser les poils, on obtient une plus grande domination de certains mouvements spécifiques, surtout ceux des mains et des bras. Ainsi, en plus d’être un important pont de communication entre le thérapeute et le patient, la thérapie avec les chiens occasionne un apprentissage à travers les jeux. Elle favorise le contact social et le développement des habiletés de loisir.

QUEL EST L'APPORT DES CHEVAUX DANS LE SOIN ?

On a coutume de dire, dans le monde équestre, qu’évoluer au contact des chevaux est une véritable école de la vie. La patience, le sens des responsabilités, la volonté, le calme, la rigueur, la confiance en soi sont autant de qualités que le cheval nous permet de développer. Le cheval est un véritable récepteur de nos émotions, un miroir de nos ressentis. Grâce à cet effet miroir, il va permettre à la personne de cerner plus finement ses propres émotions conscientes comme inconscientes et ainsi de pouvoir les exprimer et les gérer aux mieux. Il va donner des renseignements précieux au thérapeute quant aux ressentis du patient. Il peut se révéler un aide-soignant très compétent pour accompagner des personnes handicapées physiques ou souffrant de troubles psychologiques. L’animal exerce alors un rôle protecteur. Il devient le lien « miraculeux » par lequel le patient reprend contact avec le monde extérieur. Avec l’équithérapie, le cheval devient l’allié précieux du thérapeute pour soulager les maux de ses patients. Une source de bienfaits pour le corps et surtout pour l’esprit. Et puis, il y a le portage : le cheval accepte de nous porter et cette sensation de portage renvoie la personne à son expérience de prime enfance, voire même intra-utérine, selon les travaux du pédiatre Winnicott. Le balancement, le mouvement du cheval, les sensations que ça provoque en nous : tout ça amène la personne à se sentir en confiance sur le cheval, exactement comme s’il était porté, accompagné par ses parents. De plus, l’équilibre, souvent précaire du fait du handicap, est développée grâce au pas de l’animal, allure lente et donc rassurante et agréable qui mobilise le bassin vers l’avant, l’arrière et les côtés. L'une des spécificités de l'équitation est qu'elle demande un "rajustement postural" permanent : à cheval, pour ne pas tomber, le cavalier doit s'adapter aux mouvements de sa monture et sans cesse ajuster sa position, faisant fonctionner tous les muscles de son corps, de manière plus ou moins intense selon si le cheval effectue des mouvements doux ou déstabilisants. Cela permet de trouver un meilleur ajustement tonique face aux situations nouvelles. Le rythme du pas du cheval est le même que le rythme cardiaque (environ 70 pas par minute), il est donc agréable et a un effet apaisant. La motricité des mains est sollicitée par la prise des rênes, la crinière, en caressant le cheval ou en le brossant. Ce sport permet aussi de se muscler, car bien pratiquée, l’équitation ne fait pas mal au dos, elle le muscle et peut même corriger une scoliose naissante. Elle sollicite des muscles qui ne sont pas travaillés au quotidien par la personne à mobilité réduite. Le pas du cheval sollicite 360 muscles chez le cavalier et induit un mouvement inconscient de 8 du bassin qui stimule les terminaisons nerveuses de la moelle épinière. C’est une sensation nouvelle pour certaines personnes et une occasion agréable de se déplacer. Le cheval, en effet, peut faire vivre au cavalier lourdement handicapé un mouvement qu’il ne pourra jamais lui-même initier et le faire travailler sur des espaces du corps qui, du fait du handicap, ne sont jamais sollicités. Il peut même redonner des sensations de marche aux personnes qui ne peuvent pas ou plus marcher. L'équitation procure un réel sentiment de liberté. La personne peut alors se déplacer sans son fauteuil roulant. Imaginons ce qui se passe dans la tête d'une personne en fauteuil roulant qui, un beau jour, prend conscience qu’il n’est plus obligé de lever la tête pour regarder les autres. La complicité homme/cheval en fait un sport privilégié pour permettre à la personne accidentée , en situation de handicap ou malade psychiquement ou physiquement de se reconstruire. Le plaisir sera recherché avant tout. L'armée utilise l'équithérapie pour accompagner et rééduquer ses soldats blessés ou traumatisés psychologiquement et obtient ainsi de très bons résultats.